Enquête

Donald Trump : le prix de la présidence

Le mandat du locataire de la Maison-Blanche et ses politiques clivantes ont bel et bien écorné son patrimoine. Le président n’a pourtant pas ménagé ses efforts pour tirer profit de la situation. 

© JAMEL TOPPIN POUR FORBES

Quand Donald Trump inaugure la Trump Tower en 1983, l’événement est historique pour le commerce américain. Sur six niveaux, des boutiques clinquantes de marques telles que Harry Winston et Cartier attirent une clientèle aisée qui peut y écouter la performance d’un pianiste ou découvrir une cascade murale haute de 18 mètres. « Le prix des loyers était sans équivalent », commente Barbara Res, ex-cadre de la Trump Organization, debout dans l’atrium aux reflets cuivrés, quarante ans après avoir participé à la construction de l’édifice. Les temps ont bien changé. Tous les locataires ou presque ont déserté les lieux. Si la saignée a commencé il y a longtemps déjà, la situation est allée de mal en pis depuis l’entrée en politique de Donald Trump. Plus tôt dans l’année, Nike a abandonné son magasin phare, annexe de la tour, et le magasin d’accessoires signés Ivanka Trump a également fermé boutique. Aujourd’hui, il ne reste presque rien hormis Gucci, Starbucks et la marque Trump. À foison. Le Trump Bar surplombe le Trump Grille, qui jouxte le Trump Café, le Trump Store et Trump’s Ice Cream. Il est peu probable que Trump débourse lui aussi un loyer pour s’offrir ces espaces. « Tout est complètement différent aujourd’hui », poursuit Barbara Res. Y compris les bénéfices. Le résultat net d’exploitation a chuté de 27 % entre 2014 – un an avant que Trump annonce sa candidature à la présidentielle – et 2017, sa première année à la Maison-Blanche. Lorsque le magnat de l’immobilier a foulé l’escalier, ici même, pour donner le coup d’envoi de sa campagne, personne n’aurait pu entrevoir l’engrenage qui mènerait à la situation actuelle. Ceux qui avaient parié sur la réussite de cet improbable candidat pensaient, eux aussi, que Trump se délesterait de ses avoirs avant de prendre ses fonctions.

Edition Nov Dec 2018

Pour lire l’intégralité de cet article, rendez-vous à la page 22 du numéro 52 Nov Dec 2018, en vente ICI.