Editos et chroniques La chronique de Nadia Mensah-Acogny

FAREWELL BISI : HOMMAGE À UNE GRANDE DAME DE L’ART

Elle s’en est allée comme elle a vécu : discrètement. Mais l’annonce de son décès a résonné comme un coup de tonnerre dans l’univers des arts! La Nigériane Olabisi «Bisi» Silva avait une véritable passion et une connaissance approfondie du monde de l’art en Afrique de l’Ouest. Elle s’est battue toute sa vie pour lui donner ses lettres de noblesse internationales.

Très tôt, Bisi Silva refuse qu’on véhicule l’image d’une Afrique vue comme un seul pays et défend la diversité créative du continent. La sélection de galeries et d’artistes pour la «Marker» d’Art Dubai 2013, c’est elle. Pour ce salon d’art contemporain très couru, elle avait choisi de se focaliser sur une seule région du continent, l’Afrique de l’Ouest, et de montrer une sélection d’œuvres venant de cinq villes seulement : Ségou (Mali,) Dakar (Sénégal), Accra (Ghana), Douala (Cameroun) et Lagos (Nigeria). À Lagos, le Centre for Contemporary Art, qu’elle a ouvert en 2007 et qu’elle dirigeait, propose un programme assez pointu d’expositions, de colloques, d’ateliers, d’événements et de formations destinés à un public local et international, avec pour ambition de promouvoir l’essor de l’art local, d’encourager une pensée critique et d’aider les jeunes artistes à sortir des sentiers battus. Le centre offre également des bourses à travers le très innovant programme international d’art Asiko, lui aussi fondé par Bisi Silva et lancé en 2010, qui combine ateliers, cours et résidences d’artistes dans différentes villes africaines.
Conservatrice, directrice artistique, critique d’art contemporain, Bisi a publié de nombreux articles dans des revues d’art. Très appréciée et respectée pour son travail, Bisi Silva a fait partie du jury de la 55e Biennale de Venise. Elle a aussi été choisie comme directrice artistique des 10e Rencontres de Bamako sur le thème «Dire le temps», qui ont eu lieu du 31 octobre au 31 décembre 2015. Bisi Silva a, entre autres, été l’une des curatrices du Dak’Art, la biennale des arts de Dakar, pour l’édition 2006, et conseillère de l’exposition spéciale «Art Dubai Modern», qui s’est tenue à Dubai du 15 au 19 mars 2016. Son soutien permanent aux jeunes talents se traduisait tant en conseils prolifiques qu’en aide pécuniaire ou en recommandations.
Depuis que Bisi Silva s’est éteinte le 12 février, les acteurs du monde de l’art contemporain international expriment, les uns après les autres, leur désarroi face à sa disparition et leur reconnaissance pour son engagement constant. Les hommages et les témoignages ne cessent de pleuvoir dans la presse nigériane et sur les réseaux sociaux, rappelant ses innombrables faits d’armes et, surtout, son impact phénoménal sur une industrie autrefois embryonnaire qu’elle a largement contribué à promouvoir à travers le monde. Son regard profond qui réchauffait à travers des lunettes rectangulaires, sa détermination sereine, son inépuisable inspiration, sa capacité à concevoir des projets et son indomptable passion nous manqueront cruellement. Olabisi Silva, repose éternellement en paix.  Odabo.