Portrait

La nouvelle vie de Claude Grunitzky

Claude Grunitzky, journaliste, fondateur du magazine Trace, de l’agence de communication et de marketing True et cofondateur de la chaîne Trace TV, a changé de vie. Il revèle à Forbes Afrique les nouveaux horizons vers lesquels il a orienté sa holding avec la filiale True Africa.

Crédits : Forbes Afrique

Finie la course effrénée au succès aux quatre coins du monde. Finies les soirées avec les grandes stars du hip-hop. Terminée aussi l’aventure Trace. Désormais à la tête de True Africa, une agence dédiée à l’innovation numérique en Afrique qu’il a fondée en 2012, Claude Grunitzky se positionne comme un mentor auprès de jeunes entrepreneurs et créateurs dans le domaine des nouvelles technologies. 
Le meilleur pour l’Afrique

« Pour moi, le cap de la quarantaine a été assez décisif, parce qu’il correspondait à la fin d’une aventure, la fin de Trace pour moi. Je m’y étais consacré vraiment corps et âme. La rupture a été un choc émotionnel, je me suis retrouvé un peu déboussolé, parce que je n’avais plus de vraie passion qui m’animait, plus de vrai projet… » C’est sur ces quelques mots forts et inattendus que démarre notre entretien avec Claude Grunitzky dans ses bureaux parisiens. Né en 1971 à Lomé, le journaliste et cofondateur du groupe de médias urbains Trace a opéré depuis deux ans un revirement stratégique qui, pense-t-il, doit lui permettre de participer au développement économique de l’Afrique. Claude Grunitzky explique : « Je n’oublierai jamais que je suis un enfant de Lomé. Je suis né à Lomé, de parents togolais, je suis togolais avant tout. Mais aujourd’hui je suis aussi français, je suis aussi américain, j’ai trois passeports de trois continents différents, et l’idée était vraiment de puiser le meilleur de chaque culture pour le mettre au service du Togo en particulier et de l’Afrique en général. »

Le transculturalisme est un concept que l’entrepreneur a développé dans un ouvrage publié d’abord aux Etats-Unis en 2004, puis dans une version française intitulée Transculturalismes, essais, récits et entretiens (Grasset, 2008). Claude Grunitzky porte en lui la quintessence de ce concept. Il emménage à 8 ans avec son père, feu Otto Grunitzky, ancien ministre des Finances et ambassadeur du Togo aux Etats-Unis, sa sœur et sa belle-mère. Il fait ensuite des études de journalisme à Sciences-Po Paris, se retrouve en Angleterre puis aux Etats-Unis pour étudier la finance. En 1998, il s’installe durablement à New York. Il vit dans une chambre de bonne, alterne périodes de privation et de succès dans les médias culturels dits avant-gardistes. Passionné de mode et de musique, il débute sa carrière comme correspondant pour le magazine français Actuel, enchaîne avec la revue Dazed & Confused et le quotidien britannique The Guardian. Claude Grunitzky connaît son premier projet entrepreneurial en créant la revue mensuelle True, qui prendra un an plus tard le nom de Trace Magazine. Ces premiers pas dans les médias lui offrent la possibilité de fonder en 2002 l’agence de communication True avec Richard Wayner, un banquier. Une collaboration décisive qui mène les deux hommes à s’associer avec Olivier Laouchez et Goldman Sachs pour entrer dans le capital de la société Alliance Trace Media aux Pays-Bas et créer Trace TV. C’est aujourd’hui une chaîne urbaine diffusée dans plus de 150 pays avec cinq déclinaisons différentes. Cependant, la collaboration prend fin en 2004 pour Claude Grunitzky.

Il se recentre alors sur l’agence True, qui conseille des entreprises leaders souhaitant améliorer leur image. Claude et ses associés cumulent aujourd’hui plus de vingt ans d’expérience dans des secteurs très variés. La holding compte parmi ses clients Absolut Vodka, les hôtels Hilton, Nissan, ainsi que l’ambassade de France aux Etats-Unis et des associations à but non lucratif. Une orientation « corporate » qui lui laisse le temps d’étendre son influence en organisant des dîners où se retrouvent artistes, hommes d’affaires et personnalités médiatiques. Mais en 2008, ses activités de marketing et de publicité sont en baisse aux Etats-Unis et en Europe, alors que l’Afrique connaît des taux de croissance à deux chiffres, ce qui l’amène à revoir ses plans, et notamment à se rapprocher du Togo. 

Innovation numérique

La nouvelle vie de Claude Grunitzky démarre en 2012, avec la création de sa nouvelle structure, True Africa, entièrement dédiée à l’innovation numérique en Afrique. Le business model consiste à créer plusieurs entreprises dans le domaine des médias, de la communication et des télécommunications, afin de trouver les meilleurs talents et de les accompagner dans le développement de leur société. C’est en juin 2011 que ce projet prend forme, lorsque Claude Grunitzky est reçu comme chercheur affilié au sein du programme Global Entrepreneurship Lab (G-Lab) créé par le MIT de Boston. True Africa est un projet qui a été conçu en incubation et financé par le MIT en partenariat avec David Ly. D’origine franco-sénégalaise, c’est alors un jeune étudiant en deuxième année de MBA qui partage la vision de Claude. « Claude et moi nous sommes rencontrés en septembre 2011 à Boston, raconte-t-il. Nous avions tous deux l’ambition de créer une entreprise africaine exploitant les nouvelles technologies de l’information et de la communication. C’est à ce moment que nous avons décidé de nous associer. »

David Ly n’a pas hésité à sauter le pas. « J’ai lancé True Mobile afin d’accompagner les entreprises africaines dans leur stratégie mobile. Nous avons mis au point plusieurs applications pour des clients prestigieux, tels que l’opérateur de téléphonie Tigo, Microsoft ou encore Seneweb, premier portail Web sénégalais, dont l’application pour la version Windows Phone est l’une des plus téléchargées au Sénégal », raconte-t-il. La holding True affiche en 2013 un bénéfice cumulé de 800 000 dollars, dont 30% générés par True Africa. Claude Grunitzky travaille aujourd’hui à lever des fonds d’un montant de 10 millions de dollars pour encore renforcer cette filiale. Dans le domaine des télécommunications, l’entrepreneur, à travers True Africa, a officiellement répondu à l’appel d’offres du gouvernement togolais pour une troisième licence mobile. Pour l’heure, l’Etat n’a pas encore donné de réponse définitive aux concurrents.