Editos et Chroniques La chronique de Nadia MENSAH-ACOGNY

Lagos Life

Elle fait partie de ces villes qui ne dorment pas. Toujours en mouvement, Lagos, la capitale économique du Nigeria, affiche une prodigieuse vitalité. Du business des quartiers chics de ses îles Ikoyi, Lekki ou Victoria Island à celui plus terre à terre de Lagos Island ou des quartiers de Mainland, elle grouille d’activité toute l’année. Mais c’est à partir du mois de novembre qu’Eko, de son nom d’origine Yoruba, se met en ébullition totale. Avec un impressionnant souffle culturel.

Cette année, les festivités ont démarré avec Art X Lagos, un salon d’art contemporain lancé en 2016 par Tokini Peterside et désormais devenu incontournable. Puis tout s’enchaîne. Le GTBank Fashion Weekend remplit la ville de designers et de fashionistas, mais aussi de nombreuses célébrités. Ensuite vient la première de Man Enough, l’émouvante pièce de théâtre jouée à Terra Kulture, conçue et dirigée par Bolanle Austen-Peters, dont on ne présente plus les spectacles à succès.
Lorsque s’ouvre le fameux Africa International Film Festival (AFRIFF) fondé par Chioma Ude, producteurs, cinéastes et stars venus du monde entier se retrouvent à Lagos… Pendant toute une semaine, la ville vibre au rythme des projections de films et des masterclasses données à des centaines de jeunes par des célébrités hollywoodiennes. Un certain nombre parmi ces jeunes obtiennent des bourses de formation pour parfaire leurs compétences dans le domaine cinématographique à l’issue de ces cours. Nollywood est une industrie en plein boom qui fait sa mue.
Cette année, sur le thème « She rose » (« Elle s’est levée »), le film d’ouverture, Pour Sama, réalisé par Waad al-Kateab, signe une chronique de la vie quotidienne en Syrie. Les images souvent insoutenables relatent une réalité à laquelle le monde est devenu insensible et c’est ce qui lui a valu d’obtenir l’Œil d’or, le prix du meilleur documentaire, au Festival de Cannes 2019.
Le Japon, très présent à l’AFRIFF, a offert la projection de plusieurs films animés, dont le splendide Children who chase lost voices. Enfin, le film de clôture The Ghost and the House of Truth d’Akin Omotoso, magistralement interprété par une brochette d’actrices nigérianes, dont Kate Henshaw dans le rôle de l’inspecteur Stainless, a eu droit à une standing ovation. C’est donc sans surprise qu’il a raflé trois prix lors de la soirée des Awards drapée de paillettes et de glamour ! Il faut dire que la scène de poursuite dans le bidonville aquatique de Makoko est époustouflante ! Rires, larmes et émotion garantis… Quelques expositions d’art, le Fashion Souk de Yewande Zaccheus et les concerts des rois de l’afrobeat compléteront la frénésie des deux derniers mois de l’année. Et, en guise de couronnement, juste avant Noël aura lieu l’inauguration du dernier projet de Mo Abudu : un centre stratégiquement positionné en face du fameux Eko Hotel qui regroupera cinq salles de cinéma, trois restaurants et un boutique- hôtel de 20 chambres. No be joke ô ! : ce n’est pas une blague !