La vie Forbes

Le business de la deuxième citoyenneté

Est-il important d’avoir un deuxième passeport ? De plus en plus de richissimes Africains répondent par l’affi rmative. C’est ce qu’on appelle « la migration des investissements », un business qui pèse 26 milliards de dollars à travers la planète. Forbes Afrique explore les ressorts de cette industrie vers laquelle Nigérians, Sud-Africains, Kényans et autres Ivoiriens sont de plus en attirés. Avec pour objectif d’acquérir à tout prix le meilleur passeport possible, pour entrer sans visa dans le plus grand nombre de pays.

© MALTA DPS KEY IMAGE – FEMI YOUNG – MARIO RAFAIL HIRES

La migration des investissements a augmenté et est devenue une industrie de 26 milliards de dollars. Les gouvernements se font concurrence pour attirer les investissements directs étrangers (IDE) par le biais de programmes de citoyenneté et de résidence, car ils génèrent des niveaux plus importants d’investissements et des revenus supplémentaires.» C’est ce qu’explique Marios Rafail, responsable du bureau de Genève de Henley & Partners, une société de conseil en citoyenneté et résidence basée à Londres. «Il existe aujourd’hui plus de 10 programmes de citoyenneté par investissement, ajoute-t-il. En outre, il y a des clients privés dans le monde entier, y compris au sein des jeunes générations, tels que les entrepreneurs, qui sont à la recherche de ces solutions pour diff érentes raisons. Par exemple, pour des questions de sécurité liées à la situation géopolitique actuelle, ou afi n d’investir davantage et de lever des capitaux.»

LES DÉFIS DE L’OBTENTION DES VISAS

Pour Armand Arton, fondateur et PDG d’Arton Capital, entreprise spécialisée dans les programmes d’investisseurs pour la résidence et la citoyenneté, la citoyenneté par activités d’investissement augmente en raison de l’instabilité politique grandissante, en particulier au Moyen-Orient et dans d’autres pays en développement. La plus grande demande pour les services de sa société provient de la Chine continentale, qui représente 60% de ses clients. Vient ensuite le MoyenOrient, avec 20% de la demande. La Russie et la Communauté des États indépendants (CEI) représentent 10%, de même que l’Afrique. «Il y a une augmentation du nombre d’Ultra-high-net-worth individuals et High-net-worth individuals dans les pays en développement qui manquent de grande mobilité. Il est intéressant de noter que de nombreux propriétaires de jets privés ne disposent pas de passeports avec accès libre de visa et doivent effectuer de longs processus de demandes d’autorisation. Une grande partie du monde est stoppée par le manque de mobilité. Vous pouvez aussi avoir la mobilité, mais manquer de relocalisation et de citoyenneté», commente Armand Arton. Les titulaires de passeports africains de plusieurs pays connaissent bien les défis constants liés à l’obtention de visas, notamment les ressortissants sud-africains et nigérians. Le processus est souvent fastidieux et parfois infructueux. Femi Young, fondateur et PDG de Total Outsourcing Solutions au Nigeria, collabore avec le gouvernement maltais et les Nigérians sur la citoyenneté maltaise par programme d’investissement. …

Pour lire l’intégralité de cet article, rendez-vous pages 96-97 du numéro 61 Octobre 2019, en vente ICI.