Le média de ceux qui font l'Afrique d'aujourd'hui et construisent celle de demain

Binance et TikTok : Les nouveaux parrains du football africain


Lire l’article en audio

Quelles sont les raisons qui ont pu motiver les applications mobiles à sponsoriser l’événement sportif le plus emblématique d’Afrique ?

La CAN, Coupe d’Afrique des Nations 2022, vient de se terminer sur une victoire des Lions de la Téranga. Les spectateurs ayant suivi l’exploit des sénégalais auront bien été exposés à Orange et Total, sponsors historiques, mais ils n’auront pas pu ne pas remarquer l’apparition de deux nouveaux sponsors : l’application mobile de partage de vidéos TikTok, déjà largement connue du grand public et la bourse de cryptomonnaies Binance qui aura peut-être suscité plus d’interrogations.

TikTok, avec plus de 800 millions d’utilisateurs actifs, n’est plus à présenter. Sponsoriser la CAN permet à la société d’origine chinoise de viser ses deux cibles du moment : l’Afrique et le football. La plateforme compte monter à l’assaut des méthodes traditionnelles de diffusion des matchs en n’en diffusant que les meilleurs moments et en permettant à ses abonnés de se mettre en scène. On comprend donc son intérêt pour le continent africain, jeune et grand amateur du ballon rond.

Avec 30 millions d’utilisateurs, la plateforme Binance est moins connue. C’est pourtant une bourse affichant un volume de transactions en 2021 de près de 8 000 milliards de US dollars. La raison pour laquelle l’Afrique est un marché prometteur pour un tel mastodonte tient en un mot : cryptomonnaie.

Ces dernières permettent de mettre en place des écosystèmes économiques sans l’aide de banques : transferts internationaux, emprunts, prêts, investissements, paris sportifs… en ayant simplement besoin d’un smartphone. Et l’Afrique reste un continent ou les systèmes bancaires traditionnels continuent d’être difficilement accessibles.

L’arrivée de ces nouveaux sponsors pour la CAN confirme donc l’attrait du continent africain, qui table sur sa jeunesse connectée, pour les applications mobiles et les services financiers «débancarisés».

Thomas Constantinho

Partager l'article


Ne manquez aucun de nos articles.

Inscrivez-vous et recevez une alerte par email
à chaque article publié sur forbesafrique.com

Bonne lecture !

Profitez de notre abonnement illimité et sans engagement pour 5 euros par mois

√ Accédez à tous les numéros du mensuel Forbes Afrique de l'année grâce à notre liseuse digitale.
√ Bénéficiez de l'accès à l'ensemble des articles du site forbesafrique.com, y compris les articles exclusifs.