Le média de ceux qui font l'Afrique d'aujourd'hui et construisent celle de demain

Gabon : le gouvernement s’engage pour lancer une future ligne de chemin de fer

Chemin de fer © analogicus

Les autorités gabonaises et la société INPAX ont signé un accord pour une étude de faisabilité portant sur la construction d’une ligne de chemin de fer de  340 kilomètres. Un projet destiné notamment à accompagner la montée en puissance du pays dans les filières mines et bois.

Le Gouvernement de la République Gabonaise, représenté par le Ministre des Transports, le Ministre de l’Économie et de la de la Relance, ainsi que le Ministre du Budget et des Comptes Publics, ont signé le 8 avril avec la société INPAX SA- une filiale du Fonds Souverain de la République Gabonaise (FSRG)- un contrat de partenariat relatif à la réalisation des études de conception et de développement pour un projet de construction d’une nouvelle ligne de chemin de fer reliant les localités d’Owendo et de Booué. Commentant la conclusion de cet accord, le Directeur général d’INPAX, Emmanuel EYEGHE NZE s’est félicité que « la signature de ce contrat [soit] un pas en avant majeur pour la réalisation de ce projet […]   qui servira l’économie et l’ensemble de la population gabonaise ».

Prévue dans le Plan gabonais d’Accélération de la Transformation, cette nouvelle ligne ferroviaire, appelée « KOMO – OGOOUE RAILWAY » (KOR), portera sur un linéaire d’environ 340 km et aura pour principale objectif d’acheminer le minerai de fer et la production industrielle de bois, dans un contexte notamment de démarrage de nouveaux projets de mines de fer tels que Baniaka (10 millions de tonnes de production annuelle escomptée) et Bélinga (30 millions de tonnes annuelles).  La ligne de chemin de fer actuelle, dite de la Transgabonaise, permettant de  n’acheminer que 12 millions de tonnes par an, l’augmentation des capacités de fret ferroviaire apparaissait indispensable aux autorités du pays, qui ont dès lors agi en conséquence.

Selon les termes de l’accord précité, INPAX réalisera et financera, sur une durée de 30 mois, les études relatives aux aspects technique, économique, environnemental et social, légal et financier, nécessaires à la mise en place de cette nouvelle concession de chemin de fer. Par ailleurs, il est prévu qu’à au terme desdites études, INPAX soumettra à l’attention du gouvernement gabonais, une proposition technique et financière pour la poursuite du projet sous forme de PPP pour son financement, sa construction, son exploitation et son entretien. DE fait, si ce dernier point été acté, il consacrerait une nouvelle avancée pour le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS), la structure mandataire du FSRG, qui en septembre dernier, et via une autre filiale spécialisée appelée RISE- annonçait la signature d’un premier contrat de pré-concession avec l’État Gabonais. L’accord portait alors sur la conception, le développement, le financement, la réalisation et l’exploitation future d’une route à péage de déviation Sud de l’agglomération de Libreville, dite Owendo Bypass.

Partager l'article


Ne manquez aucun de nos articles.

Inscrivez-vous et recevez une alerte par email
à chaque article publié sur forbesafrique.com

Bonne lecture !

Profitez de notre abonnement illimité et sans engagement pour 5 euros par mois

√ Accédez à tous les numéros du mensuel Forbes Afrique de l'année grâce à notre liseuse digitale.
√ Bénéficiez de l'accès à l'ensemble des articles du site forbesafrique.com, y compris les articles exclusifs.