Le média de ceux qui font l'Afrique d'aujourd'hui et construisent celle de demain

L’African Legal Factory, une legaltech au service des start-up africaines

Sonia Mavouna, CEO de l'African Legal Factory ©Sonia Mavouna

De plus en plus impliquées dans des engagements contractuels, notamment avec les investisseurs lors des levées de fonds, les jeunes pousses du continent rechignent encore trop souvent à utiliser les services de conseil juridique. Une réalité peu satisfaisante que Sonia Mavouna, fondatrice de la legaltech African Legal Factory, ambitionne de changer grâce au numérique. Entretien.

Par Szymon Jagiello 

Forbes Afrique : Votre structure est ce qu’on appelle une legaltech. Pourriez-vous nous expliquer en quoi cela consiste exactement ?

Sonia Mavouna : Une legaltech est une entreprise qui fait usage de la technologie pour développer, proposer, fournir ou permettre l'accès des justiciables ou des professionnels du droit à des services facilitant l’accès au droit et à la justice. Co...


Ce contenu est réservé à nos abonné.e.s.

Si vous êtes déjà abonné.e, merci de vous connecter, ci-dessous.


Si vous n'êtes pas encore abonné.e, profitez de notre abonnement illimité et sans engagement pour 5 euros par mois.

 

 

Partager l'article


Ne manquez aucun de nos articles.

Inscrivez-vous et recevez une alerte par email
à chaque article publié sur forbesafrique.com

Bonne lecture !

Profitez de notre abonnement illimité et sans engagement pour 5 euros par mois

√ Accédez à tous les numéros du mensuel Forbes Afrique de l'année grâce à notre liseuse digitale.
√ Bénéficiez de l'accès à l'ensemble des articles du site forbesafrique.com, y compris les articles exclusifs.