Le média de ceux qui font l'Afrique d'aujourd'hui et construisent celle de demain

Mondiaux d’athlétisme : Un nouveau record mondial et 938 000 dollars de gains pour l’athlétisme africain

L'Ougandais Joshua Cheptegei sur la ligne d'arrivée lors de la finale du 10 000m des Mondiaux d'Eugene, le 17 juillet 2022 ©DR

Avec 28 médailles décrochées, dont un nouveau record mondial, l’Afrique a réussi ses Mondiaux d’athlétisme 2022. Au total, les athlètes du continent ont empoché près d’un million de dollars de gains.

Patrick Nelle

Achevés le 24 juillet à Eugene, aux États-Unis, les Championnats du monde d’athlétisme 2022 ont vu le continent africain glaner 28 nouvelles médailles, son quatrième meilleur résultat dans des championnats du monde d’athlétisme. Côté performance individuelle, on retiendra notamment la forte impression faite par la Nigériane Tobi Amusan, âgée de 25 ans, qui a établi un nouveau record du monde sur le 100 mètres haies féminin, lors des demi-finales avec un temps de 12’12”. Lors de la finale, elle a même fait mieux avec un époustouflant 12’06”, mais en raison du vent trop favorable, le chrono n’a pu être homologué. La domination sans partage de Tobi Amusan lui a ainsi permis d’empocher le prix de 100 000 dollars promis par la Fédération internationale d’athlétisme à tout participant établissant un nouveau record mondial pendant la compétition. En outre, en tant que championne du monde en titre, la Nigériane a remporté les 70 000 dollars octroyés aux médaillés d’or. L’équipe du Nigéria est par ailleurs rentrée au pays avec une seconde médaille, celle en argent obtenue par la spécialiste du saut en longueur Ese Brume, 26 ans, portant les gains cumulés des athlètes nigérians à 205 000 dollars.

L’Éthiopie, première nation de l’athlétisme africain

Au niveau national en revanche, c’est l’Éthiopie qui a fait un carton plein avec quatre nouveaux titres mondiaux et un total de 10 médailles (4 d’or, 4 d’argent et 2 de bronze), soit un montant cumulé de 460 000 dollars de gains, la coureuse Gudaf Tsegaye, championne du monde du 5.000 mètres, raflant à elle seule près d’un quart de ce montant (105 000 dollars). Autre grande puissance de l’athlétisme africain, le Kenya a lui aussi récolté 10 médailles, dont seulement deux en or, grâce à la foulée victorieuse d’Emmanuel Korir, qui a permis au pays d’Afrique de l’Est de repris le titre du 800 mètres hommes après une disette de quatre éditions.  Quant au montant total des gains empochés, il s’est élevé à 330 000 dollars.   

Suivent ensuite, par ordre de « prize money » obtenu, l’Ouganda (110 000 dollars)- qui a notamment préservé son titre de pays champion du monde du 10 000 mètres avec Joshua Cheptegei – le Maroc (70 000 dollars) – qui a frappé fort avec Soufiane El Bakkali, sacré champion du monde du 3.000 m steeple -, l’Algérie (35 000 dollars) – médaille d’argent pour Djamel Sedjati sur le 800 mètres – et le Burkina Faso (35 000 dollars), qui avec Hugues Zango, médaillé d’argent du triple saut, a offert à l’Afrique sa première médaille d’argent au triple saut dans un championnat du monde. Au total, pour les seuls médaillés d’or, d’argent et de bronze, le continent africain aura récolté un montant cumulé de 938 000 dollars de gains (sur un total de 8,53 millions de dollars distribués par la Fédération internationale) … Et un nouveau record mondial sur le 100 mètres haies féminin.

Partager l'article


Ne manquez aucun de nos articles.

Inscrivez-vous et recevez une alerte par email
à chaque article publié sur forbesafrique.com

Bonne lecture !

Profitez de notre abonnement illimité et sans engagement pour 5 euros par mois

√ Accédez à tous les numéros du mensuel Forbes Afrique de l'année grâce à notre liseuse digitale.
√ Bénéficiez de l'accès à l'ensemble des articles du site forbesafrique.com, y compris les articles exclusifs.