Le média de ceux qui font l'Afrique d'aujourd'hui et construisent celle de demain

Nawali pose une pierre dans l’eco-construction

Créée en janvier 2018 par l’entrepreneuse franco-mauritanienne Aïta Magassa, Nawali (« bienvenue » en soninké) est une société spécialisée en immobilier qui propose des services novateurs comme le financement éthique et la construction écologique. Son but : permettre aux Africains et aux membres de la diaspora de devenir propriétaires en toute sécurité. Une gageure quand on connaît la complexité du marché immobilier en Afrique, mais un pari réussi pour la jeune femme d’affaires, dont la société est déjà parvenue à séduire plus de mille clients.

Prônant des valeurs fortes telles que l’entraide, la transparence et la confiance, Nawali s’engage à donner le droit du sol aux Africains en rendant le marché immobilier accessible au plus grand nombre. Pour plus d’efficacité, l’entreprise est scindée en deux entités. L’agence immobilière Nawali Group, immatriculée et basée au Sénégal, propose la vente de terrains contrôlés et sécurisés, ainsi que des solutions de financement alternatives et de la construction écologique. En France, Nawali Investissement conseille et accompagne les futurs investisseurs dans la mise en place de leur projet immobilier en Afrique.

Déjà opérationnel au Sénégal, au Mali, en Mauritanie, en Gambie et en Côte d’Ivoire, Nawali devrait bientôt ouvrir une filiale au Maroc, et un second bureau français à Mantes-la-Jolie. En à peine quatre ans d’existence (dont deux années sérieusement impactées par la pandémie de Covid-19), cette agence immobilière avant-gardiste a multiplié son volume de transactions par six. À ce jour, elle compte une dizaine de salariés et prévoit un chiffre d’affaires à sept chiffres pour l’année en cours.

Ces services qui font la différence

Sur le continent, 70 % de la population n’est pas propriétaire de son terrain ou de sa maison. Alors que l’économie et le marché immobilier africain sont actuellement en plein boom avec une reprise de croissance de l’ordre de 3 % en 2022, accéder à la propriété s’avère toujours extrêmement compliqué. Particulièrement sensible et complexe, ce segment d’activité est en effet miné par les litiges fonciers et la fraude, et plus d’un entrepreneur s’y est cassé les dents, malgré une demande en biens immobiliers qui ne cesse d’augmenter.

Pour contourner ces obstacles, Nawali a mis en place un ensemble de solutions permettant de garantir la sécurité et la transparence des transactions. Ainsi, la société effectue de nombreuses vérifications pour s’assurer, par exemple, que la parcelle mise en vente n’appartient à personne ou qu’elle ne se trouve pas en zone inondable, tandis que ses experts travaillent en direct avec chaque propriétaire afin d’établir un contrôle physique et administratif très strict du terrain.

Mais la principale plus-value de l’entreprise, c’est son système de financement participatif sous forme de tontine immobilière rotative. Une alternative idéale aux prêts bancaires et autres crédits immobiliers que des taux d’intérêt élevés (5,1 % en Côte d’Ivoire et au Sénégal) rendent inaccessibles à la majorité. 

La« tontine terrain » mise en place par Nawali permet à chaque cotisant de réunir un capital de 5 000 euros étalés sur vingt mois (soit 250 euros de mensualités) ; capital qui pourra ensuite être investi dans l’achat d’un terrain ou constituer un apport pour l’acquisition d’un bien vendu par l’agence. Une solution de paiement flexible, accessible et sans intérêts, qui présente en outre l’avantage de créer du lien social.

Une vision écologique

Accompagnant ses clients tout au long de leur projet immobilier, le bureau d’études de Nawali fournit pour l’heure trois types de maisons (F3, F4, F5) à tarifs fixes (de 35 000 à 60 000 euros pour les maisons classiques, et entre 30 000 et 57 000 euros pour les maisons écologiques), livrés clés en main en un peu moins d’un an.

En plus de contribuer à structurer et formaliser davantage le marché de l’immobilier africain, la société se montre également soucieuse de son impact environnemental, et souhaite promouvoir la construction durable auprès de ses acquéreurs— de plus en plus nombreux à opter pour ce type de bâti — en proposant des quartiers entièrement écologiques. À cet effet, le groupe projette de démarrer un premier chantier en bordure de mer au sud du Sénégal, dans une zone attractive où devrait bientôt voir le jour Eco-K, une cité d’une vingtaine de maisons à base de briques de terre crue (économique et extrêmement résistant, ce matériau épouse parfaitement le climat africain, tout en garantissant une certaine fraîcheur en intérieur). Alimentée par un système de panneaux solaires, cette cité-prototype comprendra en outre un jardin agricole partagé, où chaque propriétaire pourra mettre en valeur sa parcelle individuelle. Ce modèle d’habitat commun, pourvoyeur d’emplois et particulièrement adapté au contexte africain, suscite déjà beaucoup d’intérêt et a fait l’objet d’une levée de fonds de 460 000 euros, lancée en juillet dernier. La cité écologique « façon Nawali » devrait entrer en phase de commercialisation début 2023, l’idée étant, à terme, de la dupliquer dans d’autres pays d’Afrique.

Pour en savoir plus : 

www.nawali-group.com

Partager l'article


Ne manquez aucun de nos articles.

Inscrivez-vous et recevez une alerte par email
à chaque article publié sur forbesafrique.com

Bonne lecture !