Enquête

Le rachat par Canal Plus du studio de cinéma nigérian ROK 

L’été dernier, le groupe audiovisuel français Canal+ a racheté le studio de cinéma et de télévision nigérian ROK. Cette transaction est la première acquisition internationale dans l’industrie cinématographique du Nigeria, Nollywood. Le montant de la transaction n’a pas été rendu public. Basé à Lagos, ROK possède une importante bibliothèque de films et de séries d’animation au Nigeria. Il produit des films et des séries télévisées pour plusieurs plateformes de distribution.

Nollywood, à Lagos au Nigéria, est aujourd’hui un des plus grands centres de production cinématographique au monde. Canal+, propriété de Vivendi, une filiale du Groupe Bolloré ambitionne de se développer en Afrique face à la forte concurrence des services de streaming tels que Netflix et Amazon qui lui ont fait perdre de nombreux abonnés en France et en Europe.
Dans le cadre de l’accord consécutif à cette acquisition, Canal+ a racheté les chaînes de production, de distribution, de contenu et d’édition de ROK à IROKO Ltd, le distributeur africain de contenu numérique pour les films nigérians. La fondatrice de ROK, Mary Njoku, restera directrice générale de ROK Productions. ROK produira le contenu de Nollywood pour le public africain francophone du groupe Canal+, qui sera distribué via l’application de vidéo à la demande par abonnement d’IROKO.

Forbes Afrique a rencontré Mary Njoku. Elle nous parle de l’accord avec Canal + et revient sur le parcours de Rok.

Forbes Afrique : Comment est né ROK ?

Mary Njoku : ROK a nécessité plusieurs mois de réflexion et de planification avant d’être lancée en 2013. Je dirais donc que ROK est née pendant mon mandat à l’IROKO en tant que responsable du contenu, mais qu’elle était en chantier depuis de nombreuses années.
À l’époque, les droits de licence pour diffuser des contenus sur IROKOtv provenant d’autres producteurs de Nollywood devenaient très chers, alors j’ai dû réfléchir à la meilleure façon de surmonter la situation, à long terme. La meilleure solution était de commencer à créer nos propres contenus, tous détenus par nous, que nous pourrions également distribuer sur d’autres plateformes et créer une nouvelle source de revenus pour la société.
Dès que nous avons commencé à créer notre propre contenu, nos propres histoires, nous avons réalisé que nous devions développer notre public. Si les contenus numériques se développent dans toute l’Afrique, et sont bien sûr extrêmement populaires dans les pays les plus développés, ils ne sont encore disponibles que pour une partie relativement restreinte du public potentiel de l’Afrique. Beaucoup de gens regardent encore leurs divertissements à la télévision. Cette prise de conscience et le désir d’apporter notre contenu au plus grand nombre, nous ont conduit à lancer ROK sur DStv et GOTV à travers l’Afrique, ainsi que de ROK sur Sky au Royaume-Uni et finalement de ROK2 et ROK3.

Lorsque vous vous remémorez le voyage, quelles sont les valeurs ou les opinions les plus importantes que vous avez conservées et que vous n’avez jamais modifiées ?

 « Accrochez-vous à vos rêves et travaillez dur pour les réaliser, même si vous échouez ». Je crois que l’échec fait partie de toute réussite. En tant que chef d’entreprise, une fois que vous avez compris cela, il est facile de surmonter rapidement tous les obstacles qui se dressent sur votre chemin. J’ai fait des erreurs en cours de route, mais j’ai appris de ces erreurs et je suis devenu plus forte à chaque fois.
N’oubliez pas non plus votre public, car c’est pour lui que vous travaillez. Écoutez toujours ce que les clients ont à vous dire et apportez des changements quand et où cela est nécessaire. De plus, assurez-vous d’apprendre votre métier. J’ai passé de nombreuses années dans le système de Nollywood, apprenant tout ce que je pouvais de bas en haut, et cela m’a préparé à passer de devant la caméra, à la production en coulisses et au côté commercial de Nollywood.

Le Nigeria est un environnement commercial très difficile. Qu’est-ce qui vous a permis d’atteindre ce succès ?

Au Nigeria, il faut être agressif pour faire des affaires, surtout en tant que femme. Il faut aussi apprendre à travailler avec des ressources limitées. Vous devez également être déterminée à réussir, de cette façon, rien ne peut vous empêcher de réussir. Avoir les bonnes personnes dans votre équipe et dans votre coin, avec la même énergie, aide aussi à atteindre certains objectifs plus rapidement.
De plus, quand je pense au fait qu’il ne s’agit plus seulement de moi, cela facilite grandement le voyage. Il s’agit d’avoir un impact mondial grâce à Nollywood. Il s’agit de plaire aux fans, de créer des contenus de bonne qualité pour leur consommation. L’écoute du public nous a permis de comprendre au fil du temps le type de contenu qui intéressait les gens, et c’est ce que nous continuons à créer. Mais je tiens à être très clair : ce succès commercial et l’acquisition de ROK par CANAL+ ne se sont pas faits du jour au lendemain. Nous travaillons avec Canal + depuis près de cinq ans. Ils ont vu de quoi nous sommes capables. Ils nous ont ouvert des portes et des opportunités et ont vu par la suite comment nous sautons sur l’occasion qui nous est donnée et comment nous en tirons profit. Ce soi-disant succès est donc le résultat d’une relation professionnelle et à long terme que nous avons établie avec un leader mondial des médias – démontrant à maintes reprises ce dont ROK est capable en tant qu’entreprise, en tant que créateur de contenu, en tant que plateforme et en tant que marque.

En ce qui concerne la levée de fonds, comment s’est-elle déroulée ? Quels sont les pièges, les points d’apprentissage et les points clés à noter ?

La levée de fonds au Nigeria n’est pas une tâche facile. Il est extrêmement difficile d’obtenir des prêts auprès de la banque nigériane moyenne, de sorte que les producteurs de Nollywood ont tendance à chercher des financements auprès de multinationales, en dehors de l’Afrique, ou à utiliser des fonds personnels.
Pour obtenir des fonds aux bons endroits, les gens doivent adhérer à votre vision de la marque, vous devez avoir un très fort « sell in ». Ils doivent comprendre à quoi servira leur investissement et bien sûr si vous êtes capable de rendre l’argent en temps voulu, si votre projet est un investissement qui en vaut la peine.
Vous devez continuellement démontrer la valeur que vous apportez, ainsi que le retour sur investissement. Les investisseurs, pour la plupart, n’investissent pas dans le contenu créatif comme un projet de vanité ; ils veulent comprendre comment et quand ils reverront leur argent et les retours sur investissement.

Aviez-vous déjà imaginé un tel accord ? A-t-il jamais fait partie de votre tableau de vision ?

Prendre Nollywood Global faisait partie du tableau de vision, oui. Au fil des ans, surtout après avoir travaillé si longtemps avec CANAL+, nous avons pensé que ce partenariat serait un pas dans la bonne direction pour atteindre l’objectif d’avoir un public mondial pour notre contenu africain authentique. Et si nous avons toujours envisagé un certain nombre d’options différentes, nous nous sommes également assurés de rester agiles afin d’être dans la meilleure position possible pour nous adapter au marché.

Combien de films ont été produits à ce jour et de séries télévisées originales ?

ROK touche 15 millions d’abonnés sur les plateformes DSTV et GOTV rien qu’en Afrique et 12,5 millions de téléspectateurs au Royaume-Uni avec ses chaînes ROK. Nous avons produit plus de 540 films et 25 séries télévisées originales, ce qui fait de ROK l’une des maisons de production les plus prolifiques de Nollywood. La majorité de nos abonnés sont basés en Afrique et au Royaume-Uni, sur les plateformes DSTV, GOTV et Sky.