Enquête

Tours de télécommunications : sur une courbe de croissance

Les projets d’extension de la 3G et de la 4G ainsi que le déploiement de la 5G galvanisent les investissements dans un secteur considéré comme très porteur, tout particulièrement en Afrique. Les opérateurs de tours de télécommunications surfent ainsi sur un marché dont la croissance devrait se poursuivre dans les années à venir.

© HELIOS TOWERS

En 2013, les opérateurs de tours de télécommunications (OTT) détenaient moins de 5% du parc d’antennes déployées en Afrique subsaharienne. Six ans plus tard, elles détiennent 39,5% du parc, soit 62334 tours sur les 157703 réparties en Afrique. Ce sont désormais ces OTT qui supportent l’essentiel des investissements dans l’implantation des antennes-relais.
Dans cette redistribution des cartes, quatre compagnies dominaient jusqu’à il y a peu le marché africain avec 39% du parc. Désignées sous le nom de «Big Four», il s’agissait d’IHS, d’American Tower, d’Helios Towers et d’Eaton Towers. Cette dernière a été rachetée cette année par American Tower, faisant des Big Four un trio.

LE TRIO DE TÊTE ET LES AUTRES

Helios Towers Africa est présente sur cinq pays. L’opérateur occupe une position dominante en Tanzanie (3700 sites, 64% des parts de marché), en République démocratique du Congo (1773 sites, 63% des parts de marché) et au Congo (49% des parts de marché). Au Ghana, l’entreprise contrôle 891 sites et revendique 21% de parts de marché. Avec un parc total de 645 tours, Helios Towers a réalisé un chiffre d’affaires de 356 millions de dollars en 2018, contre 345 millions en 2017, soit une hausse de 3%.
Dotée d’un parc d’environ 12400 tours, American Tower tient sa place dans ce trio. Ses terres d’élection sont le Nigeria (5000 sites), l’Afrique du Sud (2700 sites), le Ghana (2400 sites), l’Ouganda (1600 sites) et le Kenya (700 sites). L’entreprise américaine est un géant des tours à travers le monde et augmente son parc via des opérations de fusion-acquisition. En mai 2018, elle a racheté le parc de Telkom Kenya, enrichissant ses possessions de 723 nouvelles antennes. Le 30 mai dernier, la compagnie annonçait le rachat de son rival anglais Eaton Tower, avec à la clé un panier de 5500 tours au Kenya, au Ghana, en Ouganda, au Burkina Faso et au Niger.Pour cette opération, American Tower a déboursé 1,85 milliard de dollars.
Basée sur l’île Maurice, IHS est, dans ce trio de tête, l’opérateur qui affiche le plus grand nombre de tours de télécommunications en exploitation sur le continent africain, avec ses 22902 antennes déployées au Nigeria, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, en République démocratique du Congo et en Zambie. Le Nigeria à lui seul abrite 71% du parc africain de l’opérateur, avec pas moins de 16466 tours en activité.
Ces gros opérateurs cohabitent avec toute une série d’acteurs indépendants de plus petite taille.

TOUJOURS PLUS DE TOURS

Le déploiement des tours de télécommunications est en pleine expansion sur le continent. Au Nigeria, après un ralentissement observé en 2017, l’activité est repartie. Le retour de la croissance dans le pays a donné un coup de boost à la construction d’infrastructures de télécommunications. Tous les opérateurs ont annoncé avoir implanté de nouvelles tours. American Tower déploie environ 5000 antennes au Nigeria, d’après un document de présentation générale de ses activités publié par…

Pour lire l’intégralité de cet article, rendez-vous  pages 32-33 du numéro 62  .