Le média de ceux qui font l'Afrique d'aujourd'hui et construisent celle de demain

Tribune : L’Afrique subsaharienne a besoin d’aide face au désastre climatique

Si l’Afrique subsaharienne a très peu contribué aux émissions mondiales de gaz à effet de serre, elle est aujourd’hui la région la plus vulnérable aux phénomènes météorologiques extrêmes et aux catastrophes naturelles liées au climat. Une situation qui requiert un changement de paradigme au niveau des solutions proposées, estiment les équipes du FMI.  

Par Seung Mo Choi (économiste senior au FMI), Giovanni Melina (économiste senior au FMI) et Pritha Mitra (chef de division adjoint du FMI au département Afrique).

Les événements climatiques en Afrique subsaharienne font chaque année des milliers de victimes, créent une situation d’insécurité alimentaire et provoquent des destructions qui affectent des millions d’autres personnes à travers le continent. C’est par exemple le cas de pays confrontés à des sécheresses récurrentes, comme dans la Corne de l’Afrique. L’impact durable sur le développement économique est particulièrement prononcé en Afrique subsaharienne et risque de réduire à néant les gains durement acquis au cours des dernières décennies en matière de revenus, de santé et d’éducation.

La région doit de toute urgence renforcer sa résilience face à ces événements climatiques. Notre analyse conclut que les économies résultant d’une diminution des dépenses engendrées par des catastrophes dépassent très largement le coût d’un investissement préventif dans la résilience et les mécanismes d’adaptation. Si, par exemple, les agriculteurs d’Afrique subsaharienne disposaient d’une meilleure irrigation et de l’électricité pour l’alimenter, ils dépendraient moins de l’agriculture pluviale. Si l’on y associe une assistance sociale et une assurance ciblée, la production agricole et les revenus des agriculteurs seraient renforcés afin de mieux résister aux aléas climatiques.

Selon les Nations Unies, la population africaine doublera au cours des trente prochaines années. Dans ces conditions, il est impératif d’accélérer le développement économique afin de sortir ces millions de personnes de la pauvreté, tout en affrontant le changement climatique. Il faudra augmenter la production d’énergie pour alimenter les foyers et les entreprises, alors que la moitié de la population n’a pas accès à l’électricité aujourd’hui. Les émissions augmenteront, à moins que l’énergie ne provienne de sources vertes comme le solaire ou l’éolien.

La nécessité de financements importants

Le renforcement de la résilience au changement climatique et le développement économique vert requièrent un financement conséquent. Selon une estimation de l’Union Africaine, les coûts seront de 1 300 à 1 600 milliards de dollars sur la période 2020–30. Les pays s’efforcent de réunir ces fonds, mais cette somme dépasse de loin ce que la région peut assumer seule, compte tenu notamment du niveau élevé de la dette à la suite de la pandémie et des répercussions de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Alors que la COP27 est arrivée à son terme, il ne fait aucun doute que la communauté internationale peut jouer un rôle déterminant dans ce domaine en comblant les lacunes financières et technologiques et en aidant des millions de personnes à sortir de la pauvreté en Afrique subsaharienne.

La communauté internationale se doit d’être ambitieuse. Jusqu’à présent, le financement de la lutte contre le changement climatique en Afrique subsaharienne a été décevant. Les pays avancés ont déboursé 80 milliards de dollars par an pour le financement climatique entre 2016 et 2019. Cependant, seul un quart environ de ce montant est revenu à l’Afrique subsaharienne, souvent pour se substituer à d’autres fonds pour le développement engagés précédemment. Face à la multitude des défis de développement économique auxquels le continent est confronté, le financement climatique doit venir s’ajouter et non se substituer aux engagements existants en matière de financement du développement.

Partager l'article


Ne manquez aucun de nos articles.

Inscrivez-vous et recevez une alerte par email
à chaque article publié sur forbesafrique.com

Bonne lecture !

Profitez de notre abonnement illimité et sans engagement pour 5 euros par mois

√ Accédez à tous les numéros du mensuel Forbes Afrique de l'année grâce à notre liseuse digitale.
√ Bénéficiez de l'accès à l'ensemble des articles du site forbesafrique.com, y compris les articles exclusifs.