Tribune de Hani Salem SONBOL Tribunes

Intégrer les pays africains dans les chaînes de valeur mondiales

C’est un enjeu majeur que de permettre aux pays en voie de développement de participer aux échanges internationaux. Les chaînes de valeur mondiales créent de nouvelles opportunités pour ces États, leur permettent d’accroître leur participation dans les marchés mondiaux et de diversifier leurs exportations. Elles contribuent à l’accélération de la croissance dont bénéficie la population tout entière.

Il est important de se concentrer sur les secteurs qui offrent une croissance économique durable, une création d’emplois et un potentiel d’exportation. Les secteurs varient d’un pays à l’autre, mais il est clair que les différents produits agricoles et agroalimentaires offrent un potentiel important.
Il convient de noter que l’entrée dans la chaîne de valeur mondiale exige une valeur ajoutée, raison pour laquelle la Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC) soutient le développement dans les pays afin que les entreprises puissent développer et fabriquer des produits qui répondent aux normes internationales.
Mais le financement du commerce n’est qu’une partie de la solution proposée par les institutions financières autonomes telles que l’ITFC, qui ont la responsabilité, en tant qu’acteurs majeurs dans le développement du commerce mondial, de mobiliser des ressources privées et publiques et de permettre aux entreprises des pays en voie de développement d’avoir plus facilement accès à des choix d’options financières.
Un accent particulier est mis sur le soutien et la mise en œuvre de programmes d’assistance et de développement des savoir-faire, les accompagnant pour être compétitives sur le marché mondial, accroître leurs exportations et améliorer la qualité des biens et marchandises exportés. Dans le secteur agricole, notamment, les principaux domaines d’intervention doivent prendre en considération les problématiques rencontrées sur toute la chaîne de valeur, depuis les intrants agricoles jusqu’à l’exportation.
Les institutions de financement du commerce doivent mobiliser leurs efforts pour fournir des solutions afin de développer l’économie interne des pays les moins avancés (PMA), les inclure aux marchés mondiaux et permettre une économie stable et durable.
Ces dernières années, l’ITFC a réorienté ses efforts vers cet objectif. Aujourd’hui, un tiers de ses financements, s’élevant à 1,7 milliard de dollars en 2018, est alloué au développement des 14 PMA membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). En 2018, l’ITFC a fourni 750 millions de dollars pour financer d’importantes chaînes de valeur stratégiques dans des secteurs clés tels que le coton, l’arachide et le café. L’objectif étant d’apporter une stabilité économique dans ces secteurs et de meilleures conditions de vie à plus de 600 000 agriculteurs.
Compte tenu de l’ampleur de l’écart de développement au niveau mondial, la question de la pauvreté et de la croissance inclusive ne peut être abordée seule. Pour permettre une inclusion financière, économique et sociale dans le monde, une stratégie d’accords commerciaux internationaux et le soutien des secteurs public et privé sont nécessaires. En 2018, grâce à des accords commerciaux avec des organisations et en faisant appel au financement du secteur privé pour soutenir les actions de financement et les programmes de développement dans les PMA membres, l’ITFC a mobilisé 1,39 milliard de dollars venus de ressources extérieures.
Ce sont ces accords et cette mobilisation qui permettront la création d’économies puissantes, fondées sur l’exportation, créant ou renforçant les chaînes de valeur régionales et mondiales. Une solution visant à créer un écosystème économique durable et autonome qui soutiendrait une croissance inclusive ferait progresser le commerce mondial et les échanges internationaux et favoriserait largement l’amélioration des conditions de vie et la réduction de l’extrême pauvreté dans le monde.
* Directeur général de la Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC).