Le média de ceux qui construisent l'Afrique d'aujourd'hui et de demain

La Côte d’Ivoire démarre l’exploitation du gisement Baleine

©Eni_Coral South

Deux ans presque jour pour jour après l’annonce de sa découverte par la compagnie pétrolière italienne Eni, le gisement offshore pétro-gazier ivoirien Baleine, a officiellement été mis en exploitation le 27 août.


Mamadou Sangafowa Coulibaly, ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie de la Côte D’Ivoire

Cette étape clé correspond au démarrage de la première phase de production, qui devrait se traduire par un volume quotidien de 15 000 barils (bp/j) et 25 millions de pieds cubes de gaz naturel (Mpc/j). Dans un communiqué publié le 28 août sur le site de l’entreprise, Claudio Descalzi, le PDG d’Eni a salué « ce délai de mise en exploitation, un record dans [l’industrie] », tout en soulignant le fait que « ce résultat exprimait les principes fondamentaux [de la stratégie d’Eni], centré sur l’objectif d’émission zéro en Afrique, l’approvisionnement local en gaz et la promotion d’une transition juste ». De son côté, le ministre ivoirien des Mines, du Pétrole et de l’Énergie, Mamadou Sangafowa Coulibaly, cité dans un communiqué séparé, s’est félicité de « cette étape importante », et que la production attendue « permettra à la Côte d’Ivoire de répondre à la demande du marché intérieur de l’électricité, de faciliter l’accès à l’énergie et de renforcer son rôle de hub énergétique dans la sous-région ».


Des réserves estimées à 2,5 milliards de barils de pétrole

Exploité en partenariat avec l’entreprise publique ivoirienne Petroci Holding (dirigée depuis juillet par Fatoumata Sanogo) et situé sur le permis CI-101, à plus de 2 000 mètres de profondeur et à 60 km au large de la station balnéaire d’Assinie, non loin de la frontière ghanéenne, le gisement Baleine dispose de ressources estimées à 2,5 milliards de barils de pétrole brut et à 3 300 milliards de pieds cubes de gaz naturel. Des potentialités qui font de ce champ pétro-gazier la plus grande découverte d’hydrocarbures dans le bassin sédimentaire ivoirien et qui devraient permettre au pays – pour l’heure modeste producteur (environ 30 000 bp/j) – de multiplier par près de vingt ses réserves d’hydrocarbures. Mieux, le gisement s’est avéré plus prometteur qu’initialement escompté puisque le consortium Eni-Petroci a revu ses prévisions de production à la hausse, celles-ci passant d’une fourchette de 75 000-100 000 bp/j et environ 140 Mpc/j, à des livraisons journalières du champ attendues à 150 000 barils de pétrole et 200 millions de pieds cubes de gaz, à l’horizon 2026.


150 000 barils de pétrole et 200 millions de pieds cubes de gaz à l’horizon de 2026

Prochaine étape : le démarrage de la seconde phase, prévu pour la fin de l’année 2024, et qui devrait porter la production journalière du champ à 50 000 barils de pétrole et 70 millions de pieds cubes de gaz naturel.



Partager l’article


Ne manquez aucun de nos articles.

Inscrivez-vous et recevez une alerte par email
à chaque article publié sur forbesafrique.com

Bonne lecture !

Profitez de notre abonnement illimité et sans engagement pour 5 euros par mois

√ Accédez à tous les numéros du mensuel Forbes Afrique de l'année grâce à notre liseuse digitale.
√ Bénéficiez de l'accès à l'ensemble des articles du site forbesafrique.com, y compris les articles exclusifs.